Vallée de l'Ubaye

  • Imprimer

Au cœur des Alpes « sèches »

Entre Provence et Dauphiné...

La vallée de l’Ubaye, la plus au nord du Mercantour, est au carrefour du Dauphiné, de la Provence et de l’Italie. Elle appartient au département des Alpes de Haute Provence.
Protégée des vents par son relief, on y compte jusqu’à 300 jours de soleil et seulement 700 mm de précipitations par an ! De quoi vous assurer vos randonnées ensoleillées !

Des paysages et un patrimoine d'une grande richesse

Les glaciers et les rivières ont creusé de larges terrasses créant des habitats variés qui ont favorisé l’implantation d’une abondance d’espèces animales et végétales. Le contraste des paysages est frappant entre la longue cuvette de Barcelonnette et les vallées suspendues, marchepieds vers les plus hautes cimes de la vallée. Les nombreux cols ont joué un rôle important en tant que voies de communication comme dans l’histoire militaire de la France. On peut encore voir de nombreux vestiges de forts, de vigies désormais inutiles et muettes, surveillant des crêtes vides d’ennemis et peuplées des seules ombres furtives du gypaète barbu, du bouquetin, de l’hermine ou du lagopède.

Pour en savoir plus :

Vallée de l’Ubaye, site de la communauté de commune de la vallée de l'Ubaye
Site internet : www.ubaye.com

lac du LauzanierLe lac du Lauzanier (Photo de R. Estachy/PNM)

Retrouvez la vallée de l'Ubaye à travers la présentation de la vallée par la Communauté de Communes de la Vallée de l'Ubaye :

 

A ne pas manquer

  • Vallon et lac du Lauzanier
  • Fort de Tournoux
  • Vallon du Bachelard

Les Villages de la vallée

Larche

Une exceptionnelle richesse floristique

La situation géographique de Larche au pied du col de Larche - ou de la Maddalena - (1948 m) explique ses heurts et malheurs. D’une part, la commune lui doit l’exceptionnelle richesse floristique du vallon du Lauzanier, classé réserve naturelle dès 1936, richesse à l’origine d’un projet de jardin alpin. Les chardons bleus poussaient alors sur une centaine d’hectares, formant “la mer”. D’autre part, sur le chemin des troupes allemandes en retraite pendant la seconde guerre mondiale, les villages de l’Ubayette furent complètement détruits ; la chapelle de Maison-Méane symbolise l’effort de reconstruction qui anima toute la vallée.

Site internet : pas de site actuellement

Se distraire

Outre la fête patronale du 15 août, la restauration de N.D. des Lumières devrait, à l’avenir, permettre la reprise d’une fête annuelle au lac du Lauzanier en juillet ; en juillet aussi, le fête annuelle de Sainte-Marie-Madeleine à Maison-Méane.
Les gîtes ruraux de qualité sont le point de départ de belles randonnées vers le vallon du Lauzanier, le lac de Roburent niché versant italien ou la forteresse de Viraysse, la plus haute des Alpes (2 772 m).
En hiver, la pratique du ski nordique et de randonnée conduit au coeur des paysages somptueux de l’Ubayette.

 

Vallée de l'Ubayette et col de Larche

La vallée de l'Ubayette, au centre, le col de Larche. (Photo de F. Breton/PNM)

Uvernet-Fours

Entre tourisme et pastoralisme

Avec ses gorges et ses cascades, ses mélézins et ses pelouses, le Bachelard est une vallée alpine dont la Route des Grandes Alpes consacre la beauté. Jadis, la vie y fut rude à cause du climat, de la pente et de l’isolement, et nombre d’enfants du pays émigrèrent.Aujourd’hui, les deux communes d’Uvernet et de Fours ont fusionné et la population est en augmentation. L’inscription d’une partie du territoire dans le Parc national du Mercantour confirme la qualité du patrimoine naturel. Parallèlement, la station de Pra-Loup, créée en 1961, offre, depuis sa jonction avec la Foux d’Allos, un vaste domaine skiable (180 Km de pistes).

Site internet : www.uvernet-fours.fr

Se distraire

Deux fêtes traditionnelles se déroulent en juillet : N.D. des Lumières à Uvernet et la Sainte-Anne à Bayasse. La randonnée est reine avec le mont Pelat et le Cimet, deux “3 000 m”.Parmi les autres activités : l’ascension en vélo des cols de la Cayolle et d’Allos.

 

Uvernet-Fours (Photo de C. Joulot/PNM)

Uvernet-Fours (Photo de C. Joulot/PNM)