Vallée de la Tinée

  • Imprimer

De l’olivier aux lacs de montagnes

La Tinée présente un double visage : le sud, profondément méditerranéen, et le nord, totalement « boréal alpin ». Vallée encaissée, la rivière se fraie un passage entre les falaises abruptes aménagées en terrasses, au-dessus desquelles s’étendent forêts et alpages.

Au nord, cernée de sommets parmi les plus élevés du massif, vous pourrez y admirer des lacs et de vastes pâturages. En hiver, certaines de ces grandes étendues laissent place aux sports d’hiver : les pistes de ski sont à vous !
La Tinée est aussi une vallée aux multiples aspects pastoraux. L’élevage s’est installé selon des modes très différents, très tôt dans son histoire. La présence des cols, lieux de passages permanents, laisse supposer que les grands herbages furent rapidement conquis par les hommes.

Pour en savoir plus :

Vallée de la Tinée, site de la Communauté de communes de la Tinée

Site internet : www.cc-tinee.fr

Paysage pastoral en Tinée

Paysage pastoral en Tinée (Photo de P. Arsan/PNM)

 

A ne pas manquer

  • Lacs de Vens
  • Col de la Bonnette
  • Site du Fort de Rimplas et “annexe” de la Frassinéa

Les Villages de la vallée

Valdeblore

Grandeur nature

Haute vallée ample et ensoleillée, le Val de Blore étage trois villages et une station de ski : La Bolline avec ses maisons aux linteaux sculptés et l’église Saint-Jacques-le-Mineur, classée, de style roman ; La Roche à l’architecture alpine, à l’abri de ses remparts et Saint-Dalmas, dont le lacis de ruelles dessert des maisons anciennes. À l’extérieur de l’enceinte, l’église de style roman lombard de l’Invention-de-Sainte-Croix, classée, a été édifiée par les moines de l’abbaye de Pedona au XIe siècle.

La station de ski de La Colmiane s’est implantée au col Saint-Martin.

Au-delà du massif des Millefonts, le hameau de Mollières se niche au creux d’une "vallée sauvage".

Site internet :www.ville-valdeblore.fr

Se distraire

En plus des fêtes traditionnelles de l’été, une mention doit être faite pour le festival de musique et de la Castagnada, en octobre, avec distribution de châtaignes grillées et de vin chaud.

Si le ski est roi en hiver en particulier à la Colmiane, l’été permet de belles promenades, du massif des Millefonts à la profonde forêt du Cayre Gros, que le parapente permet de survoler.

 

Valdeblore

Valdeblore (Photo de P. Arsan/PNM)

Rimplas

Un des plus ancien village de la Tinée

Perché sur une arête dominant la Tinée, Rimplas est l’un des villages les plus anciens de la vallée ; aux IXe et Xe siècles, il aurait été le siège de la juridiction du comté de la Tinée. Avec ses ruelles pavées et ses andrônes, le village actuel date du XIe siècle. L’église Saint-Honorat conserve un retable de l’école Bréa, ainsi que la cloche la plus ancienne du département.

Construit à la veille de la seconde guerre mondiale, le fort de Rimplas fut un point d’appui essentiel de la ligne Maginot des Alpes du Sud. Il était servi par une importante garnison logée dans de grands bâtiments qui complètent le bâti du village.

Site internet :www.ville-rimplas.fr

Se distraire

Chaque dimanche de Pentecôte, se déroule la fête du pain et des métiers de bouche, tandis que la fête patronale de la Saint-Roch a lieu le 15 août.

Outre le sentier GR 5 qui conduit au coeur du Parc national du Mercantour, de beaux circuits pédestres sont balisés. En hiver, la station de La Colmiane, toute proche, permet la pratique du ski.

 

Eglise de Rimplas

L'église de Rimplas (photo de P. Pierini/PNM)

St-Sauveur sur Tinée

Rencontre de la Vionène et de la Tinée

Implanté dans un méandre de la Tinée endiguée pour lutter contre les crues, Saint-Sauveur est formé de hautes maisons anciennes, dont quelques-unes ont conservé leurs toits d’ardoises ; les façades sont ornées de beaux linteaux de porte (celui de la famille Blanqui date de 1610) et d’insignes de métiers de compagnons (l’un de 1594). Le four à pain et le moulin rappellent la vie d’autrefois. Au détour des ruelles tortueuses, l’église Saint-Michel (XVe siècle), dotée d’un clocher roman lombard classé, abrite un retable de G. Planeta (1583), un des derniers peintres de la période gothique.

Site internet : www.saintsauveursurtinee.fr

Se distraire

La deuxième semaine de juillet, la fête patronale se déroule dans l’ambiance typique qui caractérise les hautes vallées des Alpes-Maritimes.

De belles randonnées se font vers le mont Saint-Sauveur (2 711 m), vers le hameau de Mollières ou en descendant la Tinée vers le hameau d’Abeliera.

Un gîte d’étape au village permet aux randonneurs de s’arrêter sur le sentier GR 5 et GR 52a qui, venant du plateau de Longon, grimpe vers Rimplas.

 

St Sauveur-sur-Tinée

Le village de St Sauveur-sur-Tinée (Photo de P. Pierini/PNM)

Roure

Entre alpages et forêt

Balcon au-dessus des vallées de la Vionène et de la Tinée, Roure est un village ancien, notamment les granges de schistes violets aux toits de lauzes (XVIIe et XVIIIe siècles). L’église Saint-Laurent, avec un polyptique attribué à F. Bréa, et la chapelle Saint-Sébastien, aux peintures murales d’A. de Cella (1510), sont classées.
Récemment, l’alpage de Longon a retrouvé sa vocation. Un troupeau de quatre cents brebis mères et leurs agneaux y estive, ainsi que des vaches tarines, dont la production laitière permet de fabriquer à nouveau la réputée tomme de Roure.

Site internet : www.roure.fr

Se distraire

La fête de Valabres en mai, de Tiecs en juillet, la fête patronale de la Saint-Laurent en août et la fête des châtaignes en octobre, sont très conviviales.

Pour les randonneurs, un refuge offre le gîte et le couvert au plateau de Longon pendant la période estivale.
Créé en 1988, l’arboretum M. Kroenlein présente les essences de l’étage montagnard, ainsi que des collections de joubarbes, rosiers sauvages, genévriers et érables.

 

Roure

Roure (Photo de D. Faure/PNM)

Roubion

Le village des fontaines

Spectaculaire village d’adret, Roubion est adossé à des barres rocheuses qui le protègent des vents froids. Au détour des ruelles étroites qui serpentent entre les maisons anciennes à l’architecture montagnarde, des fontaines, à l’instar de celle du Mouton (XVIIIème siècle), animent les placettes. Des vestiges de remparts et de portes du XIIe siècle, ainsi que les ruines du château, classées, témoignent des conflits entre la Savoie et la France. En contrebas du village, la chapelle Saint-Sébastien, classée, contient des peintures murales anonymes du XVIème siècle.

Site internet : www.roubion.com

Se distraire

Le pèlerinage de la Sainte-Élizabeth à Vignols et de nombreuses animations jalonnent l’été à Roubion. Des randonnées contrastées mènent vers le plateau de Longon, le mont Mounier et les alpages du col de la Couillole ; elles peuvent être l’occasion d’observer des gypaètes barbus en vol puisque c’est sur cette commune que s’est déroulée l’opération de Réintroduction de ce rapace.

En hiver, la station des Buisses offre ski alpin et nordique dans une ambiance familiale tandis que la commune s’est diversifiée vers les activités estivales avec un centre de VTT, une via ferrata, de l’escalade, du canyonning, des sentiers patrimoine.

 

Roubion

Le village de Roubion (photo de P. Pierini/PNM)