Un établissement public

  • Imprimer

Définition

 

Qu'est-ce qu'un « Parc national » ?

C’est un territoire généralement vaste dont la richesse biologique, la beauté paysagère, l'intérêt culturel et le caractère historiquement préservé justifient une protection particulière. Celle-ci doit garantir la pérennité de ce patrimoine exceptionnel. L’appellation « Parc national » est reconnue dans le monde entier comme le plus haut niveau de qualité et de protection des espaces naturels remarquables.
Le caractère unique du territoire du Mercantour, à la frontière entre la France et l’Italie, a justifié son classement comme « Parc National » le 18 août 1979.

Auparavant, certains territoires étaient partiellement protégés comme la réserve nationale de chasse du Mercantour et le site classé de la Vallée des Merveilles.
Le Mercantour est, avec la Vanoise, Port-Cros, les Pyrénées, les Cévennes, les Ecrins, la Guadeloupe, le Parc amazonien de Guyane, la Réunion et les Calanques, l’un des dix Parcs nationaux français. Ensemble, ils couvrent 0,8% du territoire français et s’inscrivent dans un réseau mondial de plus de 1500 espaces consacrés à la nature, dont 200 se situent en Europe.

 

A quoi sert-il ?

Il est essentiel pour le maintien de la biodiversité : les écosystèmes, les espèces et les variations génétiques qui constituent la diversité de la vie. Il sauvegarde les variétés d’espèces sauvages et cultivées et leur procure l’espace dont elles ont besoin pour vivre. D’autre part, il préserve toute l’histoire d’un territoire constituant notre patrimoine culturel.

Ainsi, en protégeant une grande diversité de formes de vie, des sites d’une beauté et d’une valeur exceptionnelle, les Parcs nationaux enrichissent la qualité de vie de l’humanité.

 

Quelles sont ses missions ?

Tout parc national “à la française” a pour mission fondamentale de protéger et de valoriser les milieux naturels, la flore, la faune, le patrimoine culturel, ainsi que les paysages, qui confèrent le caractère propre à chaque Parc.

Connaissance des biotopes et des écosystèmes, maintien des activités traditionnelles, organisation de la fréquentation touristique, aménagement du territoire, éducation et sensibilisation du visiteur… Une multitude d’actions sont menées par les parcs nationaux et ceci toujours dans un souci de développement durable.

 

Comment fonctionne t-il ?

Il est géré par un établissement public sous tutelle du Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable, présidé par un Conseil d’Administration composé de représentants de l’État, d’élus locaux, de scientifiques et d’usagers de l’espace.

Les services en charge du patrimoine, de l’aménagement et de la communication, des finances et du personnel sont groupés au “siège” du Parc.
En revanche, gardes moniteurs et chefs de secteurs appliquent au quotidien sur le terrain la politique de protection de l’environnement.

 

Consultez l'organigramme du Parc national du Mercantour

 

Organisation du territoire

Six vallées, sept secteurs

D’une longueur de 150 Km, le territoire s’étend sur six vallées dans les Alpes du Sud et couvre deux départements : les Alpes-Maritimes, pour environ les deux tiers de sa surface, et les Alpes-de-Haute-Provence. Le Massif cristallin du Mercantour offre au fil de ses vallées, des parfums de Méditerranée, de Provence, d’Alpes et d’Italie. Verdon, Var-Cians, Ubaye, Tinée, Vésubie et Roya-Bévéra : chaque vallée affirme un caractère bien marqué !

Pour les besoins de sa gestion, le Parc est divisé en sept secteurs, correspondant aux principales vallées du massif. Chacun d’entre eux abrite une équipe de techniciens et gardes moniteurs chargés de la surveillance, de l’animation et des opérations scientifiques et techniques au niveau local. Si vous les croisez, ils se feront un plaisir de vous conter les curiosités de la nature ou bien encore les histoires insolites des vallées.

 

Un territoire, deux zones

Comme tout parc national français, le Parc du Mercantour est doté d’un cœur de parc (anciennement zone centrale) et d’une zone d’adhésion (anciennement zone périphérique).

Concernant le cœur du parc, il est de 68 500 ha. Sa règlementation y protège la nature des principales activités humaines et de la présence permanente d'habitants. Notons quand même quelques hameaux traditionnels habités saisonnièrement. Doté d’un patrimoine exceptionnel, cet espace est soumis à une réglementation stricte que les visiteurs doivent respecter.
Son «aire d’adhésion» est actuellement de 136 500 ha. Elle compte environ 18 000 résidents permanents répartis dans 21 communes dont 17 dans les Alpes-Maritimes. Le parc contribue au développement économique local, avec le souci constant d’harmoniser impact des activités humaines et protection de l’environnement.

Les missions du Parc s’exercent dans ces deux zones et se complètent afin de faire du Mercantour un espace d’harmonie entre protection, découverte, développement local et respect des activités traditionnelles. C’est grâce à une équipe d’environ 70 agents permanents, dont prés de 40 gardes moniteurs présents sur le terrain que l’espace Mercantour vous offre ses plus belles richesses !

 

Des montagnes sans frontières

De l’autre côté du massif du Mercantour, nos voisins italiens ont, quant à eux, créé le Parco Naturale Alpi Marittime en 1995, issu de la fusion du Parc naturel de l’Argentera, existant depuis 1980, et de la Riserva del Bosco e dei Laghi di Palanfré, créé en 1979. Aucune frontière physique ne sépare les deux espaces protégés. Ensemble, ils forment une entité écologique unique : on parle de montagnes sans frontière. Pendant des siècles, ils ont entretenu des liens économiques et culturels traditionnels.

Paysage transfrontalier

Paysage transfrontalier (Photo PNAM)