Une faune sauvage abondante

  • Imprimer

Présentation

Depuis les espèces dites "prestigieuses" (bouquetin, aigle royal, loup, Gypaète barbu...) jusqu’au monde discret des insectes, la faune du Mercantour est d’une diversité rare en Europe.
On y a d'ores et déjà dénombré plusieurs centaines d’espèces (certaines sont présentes depuis la fin des glaciations) dont notamment 197 espèces de vertébrés sur le territoire dont 53 sont menacées.
Grâce à l’action du Parc national, ces animaux qui, pour certains, ont failli disparaître, fréquentent à nouveau les montagnes du Mercantour.
Conditions biogéographiques, variations climatiques et actions humaines sont à l'origine de cette richesse qui se traduit, notamment, par un endémisme prononcé.

Par ailleurs, l'une des grandes originalités de la faune du Mercantour est la cohabitation d’espèces animales originaires du Grand Nord (le Lagopède alpin), des bords de la Méditerranée (le Lézard vert) ou encore d’Asie (la Marmotte). On y trouve aussi des "associations" uniques au monde : c'est le seul territoire sur lequel le petit duc d'Afrique du nord côtoie la Chouette de Tengmalm, de Sibérie...

Si vous êtes attentif et discret, vous aurez sûrement la chance de croiser le chemin des uns ou des autres. Vous avez plus de chances d'être vus que de voir mais si vous observez bien la nature, vous trouverez sûrement des indices laissés dans un peu de boue ou de neige.

Une femelle bouquetin (Photo de P. Pierini / PNM)

Une femelle bouquetin (Photo de P. Pierini / PNM)

 

En savoir plus sur les espèces

Les amphibiens et les reptiles

Les espèces de reptiles et d’amphibiens présentes dans le massif du Mercantour sont au nombre de 25. Son originalité est qu’il fait figure de territoire frontière, où voisinent espèces boréales et méditerranéennes.

Si la couleuvre verte et jaune et la grenouille rousse colonisent l’ensemble du massif, certaines espèces se cantonnent à sa partie septentrionale : c’est le cas du lézard des souches, qui grimpe jusqu’à 2300m.

En versant méridional, le lézard vert et la couleuvre de Montpellier sont communes.
Parmi les amphibiens, le spélerpès brun, rare et endémique, se rencontre de la Bévéra à la basse Tinée dans les lieux humides et frais. Quant au triton alpestre, disparu des lacs d’altitude depuis cinq décennies, il devrait faire l’objet d’un projet de réintroduction. Des animaux difficiles à observer mais si fascinant…

 

Les insectes

Avec près de 10000 espèces sur les 39000 identifiées en France, l’entomofaune du Mercantour affiche une richesse qui a contribué au classement, dès 1936, du vallon du Lauzanier en réserve naturelle et, en 1979, d’une partie du massif en Parc national.

Cette richesse se traduit non seulement par une abondance des populations, mais aussi par un endémisme élevé qui s’explique par le contexte biogéographique.
Les inventaires en cours confirment cette diversité : en plus du papillon Petit Apollon, aux ailes blanches tachées de rouge et de noir, endémique du Boréon et de la Gordolasque, 232 espèces de papillons ont été recensées dans la haute vallée du Verdon.

Le Machaon (Photo de P. Arsan / PNM)

Le Machaon (Photo de P. Arsan / PNM)

Consultez la liste des insectes du parc ayant un statut :

- Liste insectes du Parc national du Mercantour

 

Les poissons

Deux fleuves et dix rivières quadrillent le massif du Mercantour. Ils prennent leur source en altitude et leurs bassins versants sont isolés les uns des autres avec, pour conséquence, une originalité faunistique. Dans ces hauts bassins où se nichent de nombreux lacs glaciaires, les frayères naturelles sont propices aux poissons autochtones comme la truite fario, l'omble chevalier, ou des crustacés comme l’écrevisse à pattes blanches. L’introduction, dans certains lacs et cours d’eau, de la truite arc-en-ciel et de salmonidés tel que le saumon de fontaine, fait planer des risques sur le maintien des espèces autochtones.

Au travers de ces eaux généralement limpides, vous les observerez facilement.

Des eaux froides et un manque de nourriture demandent souvent à quelques uns de ces habitants un effort d’adaptation…

Truite fario sous une berge en automne (Photo de F. Guigo / PNM)

Truite fario sous une berge en automne (Photo de F. Guigo / PNM)

Les fiches espèces:

 

Les mammifères

Sur les 101 espèces de mammifères terrestres français, une soixantaine parcourt le massif du Mercantour.

Le chamois, athlète des névés, et le bouquetin, virtuose de l'escalade, arpentent la pelouse alpine. Si la marmotte s'endort pour l'hiver au fond de son terrier, le lièvre variable et l'hermine en profitent pour changer de robe.
Quant au loup, très difficile à observer en raison de sa crainte de l’homme, il a effectué un retour naturel dans la région après 70 ans d’absence.
Dix-neuf des vingt-neuf espèces de chauves-souris européennes sont présentes ; c'est ainsi que le molosse de Cestoni, espèce méditerranéenne, côtoie la sérotine bicolore, espèce arctique.
Traces de pas, hurlements, déjections… sont autant d'indices qui pourront vous aider à les trouver. Silencieusement, vous pourrez les observer dans leur vie quotidienne….

 

Les oiseaux

Le Parc national du Mercantour abrite un minimum de 155 espèces d’oiseaux nicheurs, migrateurs et occasionnels. Parmi ces nombreux oiseaux, certains attirent particulièrement l’attention comme le gypaète barbu ou encore le tétras lyre !

Amis de l’avifaune, vous ne resterez pas indifférents face à cette diversité !

Ainsi, les rapaces de jour, dont les populations sont en progression, à l’instar du faucon pèlerin, de l’aigle royal avec une quarantaine de couples nidifiant dans le massif et du gypaète barbu (vautour de 2,80 m d’envergure et récemment réintroduit), sont les plus spectaculaires.

Parmi les gallinacés, le tétras lyre, doté d’une somptueuse livrée noire et d'une queue en forme de lyre, lui donnent une élégance incontestable au milieu des mélèzes. Malheureusement, comme la perdrix bartavelle, la population est en régression malgré la mise en place de mesures de protection. Quant au lagopède, doué d’un mimétisme remarquable, il ne manquera pas de vous surprendre au cours des saisons. Le reconnaîtriez-vous en été et en hiver ?