L'hermine

  • Imprimer

Mustela erminea

Ordre des carnivores

Famille des Mustélidés


L’hermine, bien que discrète, n’est pas très farouche si elle ne se sent pas directement menacée. Sa curiosité débordante facilite son observation, notamment autour des refuges où elle s’est particulièrement bien habituée à la présence humaine.

Hermine Hermine (photo de G. Lombart/PNM)

Comment la reconnaître ?

Outre l’extrémité de sa queue noire en toute saison, sa robe d’un blanc immaculé en hiver devient bicolore en été : brun sur le dos et blanc jaunâtre sur le ventre. Son corps allongé mesure en moyenne 25 cm. Il permet de se faufiler partout, dans les moindres petites cavités.

Biologie et comportement

Le changement de couleur de son pelage est une formidable stratégie de camouflage qui lui permet d’échapper aux prédateurs. Son agilité, sa nervosité et sa capacité à se mouvoir même en neige profonde sont les 3 principales caractéristiques propres à l’hermine suscitant son admiration. Elle est active aussi bien la nuit que le jour.

Où la trouver ?

On la rencontre jusqu’à 3 000 m d’altitude dans les alpages, pelouses rocailleuses, éboulis et lisières de forêts.

Espèce ressemblante

La belette lors de la période estivale. L’hermine se distingue par sa plus grande taille et une queue plus longue dont l’extrémité est noire.

Statut de protection

Protection partielle au niveau national (arrêté modifié du 17 avril 1981).