Le bouquetin

  • Imprimer

Capra ibex ibex

Ordre des Ongulés

Famille des Bovidés

Présent dans le parc, il n’est pas rare de le voir perché haut sur des rochers. Il fut à l’origine d’un vaste programme de réintroduction dans le Parc national du Mercantour et le Parco delle Alpi Marittime.

Bouquetin (Photo de G. Rossi / PNM) Bouquetin (Photo de G. Rossi / PNM)

Comment le reconnaître ?

A la différence du chamois, il porte de longues cornes incurvées vers l’arrière pouvant atteindre 1 m et peser 7 kg pour les mâles. Celles des femelles sont beaucoup plus petites. Sa robe brunâtre se confond avec son milieu essentiellement rocheux. D’une imposante silhouette, les mâles peuvent peser jusqu’à 110 kg.

Bouquetin (Photo de G. Rossi / PNM) Bouquetin (Photo de G. Rossi / PNM)

Biologie et comportement

Le bouquetin est très peu farouche. Son agilité est remarquable en zone rocheuse, due notamment aux coussinets antidérapants, appelés «éponges», situés sous ses sabots.

Une femelle bouquetin et son jeune (Photo de P. Pierini / PNM) Une femelle bouquetin et son jeune (Photo de P. Pierini / PNM)

Où le trouver ?

Il peut s’observer jusqu’à 3000 m d’altitude dans tout le Parc national du Mercantour.
Il fréquente essentiellement les milieux ouverts, mais se retrouve surtout sur les pentes abruptes et les virées rocheuses peu accessibles.

Un jeune bouquetin dans les rochers (Photo de P. Arsan / PNM) Un jeune bouquetin dans les rochers (Photo de P. Arsan / PNM)

Statut de protection

Protection intégrale au niveau national (arrêté modifié du 17 avril 1981)

 

La réintroduction

Réintroduction du bouquetin des Alpes, une réussite !

Résultats :

Les individus réintroduits en 1987 et 1995 ont spontanément colonisé le massif de l’Estrop entre autres.
Même si l’espèce est encore loin d’occuper tous les biotopes favorables des Alpes du Sud, l’opération est couronnée d’un franc succès.
En effet, la parfaite adaptation des animaux a conduit à un lâcher complémentaire. Des femelles ont été réintroduites (printemps 2005 et 2006) pour assurer le développement de la colonie à long terme.

Opération de réintroduction du bouquetin (Photo PNM / DR) Opération de réintroduction du bouquetin (Photo PNM / DR)

Pourquoi ne pas laisser le bouquetin recoloniser les Alpes seul ?

La nécessité de la mise en place d’un programme de réintroduction s’explique par les particularités étho-écologiques du bouquetin :

  • son instinct grégaire implique une colonisation extrêmement lente de nouveaux territoires
  • sa difficulté à passer d’un massif à l’autre
  • un taux d’accroissement de sa population faible

Ainsi, dès 1985, le Parc national du Mercantour et le Parc Alpi Marittime s’engagent dans le processus de recolonisation des massifs favorables de l’espace transfrontaliers.

Objectifs du programme de réintroduction :

Le programme de réintroduction du bouquetin des Alpes dans le Parc national du Mercantour poursuit les objectifs suivants:

  • organiser le retour du bouquetin des Alpes dans l’ensemble des biotopes favorables
  • accroître les possibilités d’échanges entre les sous-populations existantes pour assurer la pérennité de l’espèce grâce à sa diversité génétique
  • tenir compte du rôle de l’espèce dans la chaîne alimentaire (aigle royal, vautours, ...)
  • valoriser l’espace montagnard en enrichissant son patrimoine naturel
  • développer une richesse touristique attractive
Opération de réintroduction du bouquetin (Photo PNM / DR) Opération de réintroduction du bouquetin (Photo PNM / DR)

Mise en œuvre et méthode de réintroduction :

Depuis 1987, des lâchers ont été effectués dans le Parc national du Mercantour.
En effet, suites aux lâchers effectués dans les années 80 et 90, plusieurs sites des Alpes ont été proposés comme prioritaires dans le programme établi :

  • Le Dévoluy-Obioux
  • Le Queyras occidental
  • La rive droite de l’Ubaye
  • Les Pré-Alpes provençales.

Printemps 2005 et 2006 (période la plus adéquate pour les lâchers), 15 à 20 femelles seront déplacées afin de favoriser la restauration du patrimoine génétique essentiel à la survie de l’espèce.

Après les lâchers, les individus réintroduits sont suivis :

  • suivi sanitaire afin de déceler d’éventuelles maladies
  • suivi des déplacements pendant 5 ans grâce à des colliers émetteurs, et plus longuement grâce à des procédés d’identification visibles à distance
  • suivi génétique de leur descendance pour apprécier l’apport généré dans cette population grâce aux réintroductions

A l'échelle planétaire, la responsabilité patrimoniale de la France en matière de conservation du bouquetin des Alpes est fondamentale : notre pays représente plus du tiers de l'étendue géographique sur laquelle cette espèce est répendue.

Pour en savoir plus :