Nouveau sentier du tour du Lac d'Allos : un ouvrage d'art

11 ans après le premier coup de pioche, le sentier du tour du Lac d'Allos vient d'être inauguré par son nouveau maire, Chantal Caïs, par le président du Parc national du Mercantour, Fernand Blanchi et le directeur Alain Brandeis. Les 200 000euros investis par le Parc national dans cet ouvrage ont été sciemment utilisés pour accueillir les 40 000 visiteurs annuels qu'accueille ce site unique en Europe : les ouvriers ont réalisé un véritable ouvrage d'art qui s'intègre parfaitement dans le paysage grandiose des Tours du Lac grâce à des méthode de travail de la pierre sèche traditionnelle.

Le Lac d'Allos est situé dans le cœur du Parc national, donc soumis à sa réglementation. Ce site est de ce fait une destination particulièrement prisée des touristes qui peuvent se ressourcer dans un cadre admirable et observer la faune sauvage en toute quiétude : oiseaux, papillons, marmottes, chamois et bouquetins sont plus que fréquents aux alentours de cet écrin de verdure parsemé de fleurs multicolores.

Sentier lac allos mercantour

Les travaux du sentier du Tour du Lac

Le sentier de 3,6km est essentiellement emprunté par un public familial. Très fortement dégradé car utilisé par près de 40 mille visiteurs annuels, le Parc national est intervenu pour proposer un sentier adapté au site, à la qualité paysagère attendue par les visiteurs et en ayant l'objectif d'éviter l'érosion des sols.
C'est dans ce contexte que les travaux ont été effectués dans le respect des traditions de l'utilisation de la pierre sèche. Grâce à l'expertise du technicien du parc, M. Culotta, un cahier des charges précis et optimisé a permis d'orienter l'ensemble des travaux. C'est aussi en comptant sur l'expérience et le savoir de certaines entreprises* qu'un véritable ouvrage d'art a vu le jour et pour longtemps. Son coût : 200 000€.

Les travaux réalisés : dallages en « dalles de poids », déroctage**, élargissements, pose d'une passerelle en bois massif de mélèze, finition et reprise du profil... Il faut également savoir que la progression des travaux était de 2 à 3 m² par jour et que les ouvriers ne pouvaient travailler que 3 à 4 mois dans l'année (hors enneigement).

Le cœur de Parc compte 650km de sentiers balisés et entretenus. Les sentiers sont de véritables supports de découverte et d'accueil ; ils sont le témoin du savoir-faire de nos anciens. Aujourd'hui ce réseau est un véritable patrimoine qu'il convient de conserver. Le parc national, par son expertise, sa technicité et l'investissement financier qu'il place dans ces actions, entend jouer un rôle de facilitateur du développement économique lié à la randonnée alpine, tout en s'inscrivant dans un profond respect de l'environnement et de la mobilité douce.

* L'entreprise M.A.P (M. Michel Ricklin) en 2003 puis 2006 à 2013 avec l'Agence Travaux Méditerranée / ONF pilotés par M. Alain Robini, chef d'équipe.
** déroctage : arrasage des pointes de pierres proéminentes

Sentier lac allos mercantour ruban

Interventions

La Maire d'Allos, Chantal Caïs, a accueilli les participants. « C'est beaucoup de fierté et d'honneur pour notre commune d'Allos d'accueillir cette manifestation qui conclue 9 années de travaux, auprès du Président et du Directeur du Parc national. La mise en valeur de notre patrimoine communal est une bonne chose pour Allos et ses habitants. »

Pour le Directeur du Parc national, Alain Brandeis « les sentiers sont une thématique stratégique pour le parc : ils constituent le meilleur mode de découverte de ce territoire d'exception, il sont un outil de développement local important par l'investissement et les emplois qu'ils représentent mais portent surtout, pour le visiteur, une image de marque du territoire. Mais leur entretien nous oblige à nous battre contre contre l'érosion naturelle : les montagnes sont capricieuses et chaque printemps la fonte des neiges nous fait découvrir l'ampleur des dégâts...C'est pourquoi l'établissement public du parc a lourdement investi sur l'ensemble de son réseau depuis l'an 2000 (650 Km de sentiers en cœur de parc), le plus souvent en excellente coordination avec ses interlocuteurs et partenaires sur cette thématique (conseils généraux, communes, intercommunalités, Fédération Français de randonnée...) :
- 2 000 000€ sur fonds propres, dont 350 000€ de cofinancements européens (Intereg, PIT, Alcotra)
- 836 000€ de cofinancements du CG06
- près de 10 000€ du CG04 et de la Communauté de Communes du Val d'Allos – Haut Verdon
- l'équivalent de 260 mois de saisonniers embauchés par le parc, le plus souvent localement
- 420 000€ de signalétique directionnelle et informative (900 emplacements, 2100 panneaux...)
- soit un total d'environ 3 millions 400 mille € investis sur cette thématique.

Le long et patient travail de pionnier en la matière du parc est aujourd'hui connu et reconnu, grâce notamment à la rigueur et à l'antériorité du travail de notre technicien sentiers et signalétique, Jean-Marc Culotta, aux efforts de nos agents de terrain et de nos prestataires. La satisfaction de nos partenaires, des communes, mais aussi et surtout des visiteurs est notre principale fierté ».

Fernand Blanchi, président du Parc national du Mercantour, maire de Valdeblore et Conseiller général des Alpes-Maritimes, a conclu les discours en insistant sur le rôle social et économique des sentiers : « Les sentiers sont à la fois des infrastructures d'accueil des visiteurs mais aussi et surtout, sur un plan symbolique comme pratique, ce qui relie les hommes entre eux ! C'était des voies de communication entre les hameaux et villages de nos anciens, aujoud'hui ce sont des voies qui unissent nos splendides paysages, d'une vallée à l'autre.C'est aussi un trait d'union entre l'établissement public du parc national et ses communes adhérentes : tout le monde se retrouve sur la question des sentiers, on est tous d'accord pour dire qu'accueillir et faire partager les beautés de nos paysages dans les meilleures conditions possibles est un défi important, surtout en montagne !

C'est pour nous tous la garantie du développement d'un tourisme doux, respectueux de la nature mais aussi du maintien d'un patrimoine montagnard et témoin de notre volonté d'y accueillir du public. On ne veut rien mettre sous cloche... le tourisme doux, l'accueil des visiteurs est le garant d'un développement économique doux par la valorisation des métiers de la montagne. C'est le prix pour que la vie se maintiennent dans les vallées...

Les sentiers sont souvent le témoignage de la dure vie de montagne à l'époque où ils étaient les seules voies de communication ! C'est pour tout cela que j'attache de l'importance au maintien d'un savoir-faire sur la pierre sèche, la taille, l'ouvrage de montagne... qui est fait pour durer dans le respect du développement durable, c'est à dire ce que faisaient et comment vivaient nos ancêtres en montagne avant qu'on invente ce terme : en faisant avec le peu qu'ils avaient à portée de main, et pour que ça dure longtemps. »


Dossier et Communiqué de presse :